Le marché des voitures électriques en belle progression!


Les ventes de véhicules écologiques ne se sont jamais aussi bien portées. Petit tour d’horizon des différents systèmes, Top 5 des meilleurs ventes et focus sur l’E-Car 333, concept belge 100% électrique. Le marché des véhicules hybrides et 100% électriques se porte de mieux en mieux en Belgique. Il continue sa progression pour atteindre presque 2% du total des immatriculations pour l’année 2014. La place occupée par ce marché est en constante progression depuis 2011, bien qu’ayant connu une baisse en 2012, liée à l’arrêt des primes environnementales octroyées par le gouvernement. Aujourd'hui, la part de marché des hybrides est de 1,72% (8.310 immatriculations) et celle des voitures 100 % électriques est de 0,24% (1.166 immatriculations). Les 3 meilleures ventes d'hybrides (moteur thermique + moteur électrique) sont, dans l'ordre, les Toyota Auris, Yaris et Prius, qui se sont vendues à 2.672, 2.293 et 488 exemplaires au cours de l’année 2014. Complètent le Top 5 : les Lexus IS 300h et CT 200h, avec 468 et 294 unités. Dans ces modèles, seule la Prius offre une version « Plug-in » dans sa gamme (système identique à une version hybride classique, mais avec des batteries de plus grande capacité, rechargeables sur le secteur). Les véhicules à système hybride « traditionnel » sont, eux, non rechargeables, entraînés simultanément par deux moteurs, un électrique et un thermique (essence ou diesel). La batterie est rechargée par le moteur thermique et par la récupération de l'énergie cinétique (énergie liée au mouvement) lors des freinages. L’autonomie en mode 100% électrique est très faible, ce qui est caractéristique des modèles non rechargeables. À peine 2 à 4 km en général ! Exception pour la version « Plug-in » de la Prius, qui possède une autonomie plus grande : jusque 25 km. L’autonomie combinée (électrique + moteur thermique) est bien plus grande : 1050 km pour l’Auris. Ces modèles hybrides sont à privilégier pour la ville et la périphérie. Si vous faites beaucoup d’autoroute, par contre, l’hybride n’a que peu d’intérêt. Le moteur thermique étant alors constamment sollicité, la consommation s’en verra pénalisée. C’est cher une hybride ? L’Auris, numéro 1 des ventes, coûte 24.580 euros. Avec une puissance de 136ch, elle ne consomme que 3.6l/100km, avec des émissions de 84 gr/km. En ce qui concerne les 5 véhicules 100% électriques les plus vendus en 2014, la pôle position revient à la Tesla Model S écoulée à 521 exemplaires. Suivent la Nissan Leaf avec 178 unités, juste devant la BMW I3 qui en comptabilise 173. Les Renault Zoé et E-Golf ont eu moins de succès avec respectivement 110 et 45 véhicules vendus. La Tesla Model S, disponible à partir de 72.600€ en version 60kWh, dispose d’une puissance de 306 ch et d’une autonomie d’environ 370 km (variable selon le type de trajet et le style de conduite). Avec une telle autonomie, l’usage sur autoroute n’est donc pas un problème. La Tesla Model S est capable de performances qui ont de quoi embarrasser bien des sportives, avec un 0 à 100km/h en un peu plus de 6 secondes. Elle se recharge avec une prise spéciale (recharge complète en 7 à 8h) mais elle peut aussi être rechargée sur une prise classique, mais là, comptez plus de… 24h de charge ! Pour des charges très rapides en un minimum de temps (lors de voyages, par exemple), il existe aussi des stations « superchargeurs », positionnées par Tesla « à des emplacements stratégiques et pratiques le long des axes routiers les plus fréquentés à travers l'Europe. » C'est comme une station-service. Ces « superchargeurs » donnent 270 km d’autonomie en seulement 30 min de charge ! Le seul problème est le faible nombre de « superchargeurs » en Belgique : 3 seulement pour l’instant, à Gand, Nivelles-sud et Anvers. Présentée en première mondiale au Salon de l’Auto de Bruxelles, l’E-Car 333, véhicule 100% électrique et 100% belge, constitue une petite révolution dans le monde de l’automobile électrique. Elle intrigue, tout d’abord, par sa conception. Véhicule à 3 roues (2 avant, 1 arrière), elle est fabriquée à base de matériaux écologiques ou recyclés. Le poids à vide est de 800 kg. Deux puissances sont disponibles : 15 ou 25kW. L’appellation « 333 » fait référence, selon Xavier Van der Stappen, le concepteur, « aux 3 roues du véhicule, aux 3 places et aux 300km d’autonomie maximum». Elle se recharge sur une prise conventionnelle en 3h, ou en 1h via une borne de recharge rapide. L’E-Car 333 est bridée à 130km/h pour garantir l’autonomie, variable selon les modèles : 150, 200 ou 300 km, selon le type de véhicule. L’usage est déterminant: « On parcourra de moins grandes distances avec une conversion « Fun » pour les loisirs qu’avec une conversion « Cargo » en utilitaire pour le travail par exemple », nous explique Xavier Van der Stappen. Les batteries sont partie intégrante de l’achat, il n’y a donc pas de location. En fin de vie, elles seront reconditionnées et revendues. Le châssis est très innovant, puisqu’il permet, ni plus ni moins, 6 conversions différentes ! « La City Urban » en version « 333 » avec 3 sièges, « 334 » avec 2 sièges avant et 2 sièges arrière, la « Fun » déclinable en un petit buggy 2 places, ou en roadster 2 places. Enfin, la conversion « Pro » en version utilitaire « Cargo » ou « pick-up ». La voiture est toujours à l’état de prototype et les concepteurs envisagent une mise en production dès l’an prochain. Les prix ? Entre 18.000€ et 42.000€.