Ford Focus TDCi 120 : le bon numéro


Fraîchement restylée, la Focus en profite pour s’offrir les services d’un excellent nouveau moteur diesel. Ce quatre cylindres développé par Ford allie sobriété, souplesse et punch. De quoi assurer une belle fin de vie commerciale à cette troisième génération. Jusqu’il y a peu, la Ford Focus était la voiture la plus vendue dans le monde. Depuis 2014, la courbe des ventes s’est inversée pour la compacte qui a dû, en plus du poids des ans, faire face au renouvellement de la Volkswagen Golf. Pour limiter l’hémorragie (-36 % par rapport à 2012), Ford n’a pas mégoté sur les moyens en offrant une sérieuse remise à niveau à sa Focus : design, ergonomie, connectivité, châssis et moteurs. Ce restylage intervenu en fin d’année dernière s’accompagne aujourd’hui de l’arrivée d’un nouveau moteur diesel. Le 1.5 TDCi qui débarque aujourd’hui sous le capot de la Focus est une évolution de l’ancien 1.6 TDCi 115 ch développé et partagé avec PSA. Il est disponible en plusieurs niveaux de puissance : 95 ch, 105 et 120 ch. C’est la version la plus musclée que nous avons eu testée sur plus de 2 000 km. S’il se montre légèrement bruyant à froid, ce quatre cylindres est une merveille d’agrément. Il s’avère plein et disponible à tous les régimes. En ville ou dans les bouchons, vous apprécierez sa souplesse d’usage lorsqu’il s’agit de jouer du levier. Le couple maxi (270 Nm dès 1 750 tr/min) se chargera de vous offrir le punch nécessaire en milieu de compteur lors des dépassements et des insertions sur l’autoroute par exemple. La couple généreux évite de cravacher la mécanique et distille des reprises bluffantes à ce niveau de cylindrée. Ainsi, la Focus déroule cette énergie et cette rondeur aux roues avant via une boîte mécanique aux rapports parfaitement étagés (la boîte à double embrayage Powershift arrivera au printemps). De plus, son niveau sonore s’atténue à vitesse stabilisée. Ford propose un moteur à la polyvalence très poussée qui se place parmi les meilleurs du marché au côté du 1.5 dCi de Renault. La consommation moyenne relevée sur notre parcours, composé majoritairement d’autoroute, a atteint 5,8 l/100 km. Une soif maîtrisée en rapport des prestations délivrées. La présence du Stop & Start permet, entre autres, d’abaisser le taux d’émissions à 98 g de CO2/km et ainsi d’échapper au malus. Dynamiquement la Focus tient encore la corde face aux leaders. Les ingénieurs de Ford proposent un très bon compromis entre confort et tenue de route. La voiture est agile (malgré un poids conséquent de 1 320 kg), prévenante et rassurante à conduire. Pas étonnant au regard de l’arsenal de sécurité active proposé de série sur cette version haut de gamme Titanium. Enfin, les passagers apprécieront l’amortissement qui filtre efficacement et offre un excellent maintien. Cette « grand-mère » reste dans le coup et se place toujours parmi les meilleures compactes européennes. À l’intérieur, la console centrale a été revisitée pour plus de clarté. La disposition des commandes est maintenant plus logique et plus intuitive. Si certains plastiques sont discutables, dans l’ensemble, la qualité est au rendez-vous. Le très pratique système de connectivité Sync 2 qui trône au sommet de la console centrale - de série sur le second niveau d’équipement « Titanium »- inclut la navigation. L’habitabilité reste stationnaire, correcte à toutes les places, mais pas extraordinaire pour une compacte un peu plus longue que la moyenne (4,36 m). La capacité du coffre paraît toujours dans la moyenne : 363 litres avec le kit anti-crevaison de série. La gamme de la Ford Focus est relativement simple puisqu’elle se compose seulement de deux finitions : une entrée de gamme dénommée Trend et un milieu/haut de gamme Titanium. Les plus sportifs auront d’autre part le loisir d’opter pour la finition ST, disponible sur le moteur essence 250 ch. Pour vous offrir les services de ce nouveau 1.5 TDci 120, il faudra débourser au minimum 23 600 € (sans compter les remises généreuses de la part des concessionnaires Ford), soit une hausse de 200 € par rapport à l'ancien 1.6. Ce tarif plutôt élevé est compensé par une dotation généreuse : écran multimédia 4,2 pouces avec système Sync Applink, climatisation manuelle, ordinateur de bord, vitres avant électriques, banquette arrière rabattable 60/40 avec cache-bagages et crochets d’arrimage, jantes de 16 pouces, 6 airbags, régulateur-limiteur de vitesse, centralisation et contrôle de la pression des pneus. Enfin, notre version d’essai, Ford Focus TDci 120 Titanium, disponible à partir de 25 600 €, s’enrichit du système multimdia Sync 2, de la climatisation bi-zone, du démarrage sans clé, du capteur de pluie et luminosité, etc. C’est en moyenne 2 000 € moins cher que ses concurrentes directes les Peugeot 308 et Volkswagen Golf.