Le Renault Scénic arrive en concession


Des roues de 20 pouces pour ses 20 ans . Renault est en intense action depuis de nombreux mois avec des renouvellements qui s'enchaînent aussi vite que la production d'un exemplaire du Captur. Après avoir touché aux Mégane et à la grande berline maison, Renault s'est penché sur le Scénic avec le lancement quasiment combiné des versions cinq et sept places. Le Scénic "court" arrive aujourd'hui en concession, et il est évidemment très attendu par les familles. Les familles ont aujourd’hui l'embarras du choix pour leur véhicule principal, et il n'est plus question d'avoir "honte" de s'acheter la fameuse bétaillère comme ce fut le cas auparavant. Les guimbardes sans identité visuelle d'une époque pas si lointaine ont laissé leur place à des SUV, crossovers et autres grands transporteurs en tout genre qui affirment leur dynamisme, leurs formes et leurs technologies. C'est un peu à qui jouera au meilleur concepteur de tout-terrain des villes, entre constructeurs. Aujourd'hui, l'offre est telle que le SUV à lui seul représente plus d'un quart des ventes totales en Europe, et ce au détriment de segments plus traditionnels comme le monospace ou la berline. Certains ont donc fait le choix de ne s'orienter que vers les SUV quand d'autres la jouent double agent. C'est le cas de Renault. Si le losange s'est effectivement mis, avec l'aide du cousin Nissan, au "véhicule utilitaire sportif "(c'est la traduction de l'acronyme SUV) avec les Kadjar, Captur et plus récemment Koleos, la marque française n'en oublie pas pour autant ses traditions. Initiées au départ par l'Espace, le monospace va devenir en 1996 une vraie valeur sûre avec le Scénic. Le nombre "20" pourrait d'ailleurs être celui du Scénic puisqu'il fête cette année ses vingt ans, mais aussi à cause de la taille de ses roues : 20 pouces, et rien que du 20 pouces ! Une première pour un constructeur qui impose une taille de roues, et pour ceux qui craindraient la facture chez leur monteur préféré de pneumatiques, sachez que Renault a pensé à vous avec trois montes conçues spécifiquement pour le Scénic et pas forcément plus chères qu'un pneu en 17 pouces. Espérons en tout cas que cela sera bien le cas au fil des ans, sans quoi certains pourraient être tentés par la revente de leur monospace chéri avant la douloureuse. Mais revenons-en à notre Scénic : à mi chemin entre le monospace typique et le SUV, on peut dire qu'il a bien évolué. La patte de Laurens Van Den Acker, le patron du style Renault, est facilement identifiable. Le Scénic la joue également technologique avec de nombreuses aides à la conduite et un espace habitable plutôt bon pour la catégorie. Le Scénic fait appel aux motorisations habituelles de Renault avec des diesels allant de 90 à 160 ch et des essence de 110 et 130 ch. Un peu court face à certains monospaces qui font grimper les puissances, mais probablement suffisant pour la grande majorité des acheteurs. En parlant d'achat, ce nouveau Scénic débarque justement aujourd'hui en concession à des tarifs sans surprise : entre 23 700 et 37 600 € selon les versions choisies. C'est presque pile poil les prix de ses concurrents directs, comme le Citroën C4 Picasso. Très proches sur de nombreux points, ces deux-là ne se démarqueront que par des choix plus subjectifs, comme le style. Affaire à suivre, dans les prochains mois.