C'est la fin de la Dodge Viper


Les Américains ont boudé l'actuelle Dodge Viper (ou plutôt SRT Viper) depuis son lancement, sans vraie explication (si ce n'est le prix probablement un peu trop haut perché). Le groupe FCA vient d'annoncer la fermeture prochaine de l'usine qui assemble la Viper. C'est officiel : la vipère est morte. Si vous êtes, un natif des années 80, vous avez alors forcément été, à un moment donné de votre jeunesse, un fan de la Dodge Viper. Cette américaine, qui fut l'héritière plus ou moins spirituelle de la Shelby Cobra, étonna à sa sortie par son énorme moteur, un V10 atmosphérique de plus de huit litres de cylindrées. 25 ans, c'est une date que bien des constructeurs auraient choisie pour fêter la carrière d'une automobile, mais le groupe Fiat Chrysler en a décidé autrement, puisque dans un mois, l'usine de Detroit, qui assemble les Viper, fermera ses portes en avance, fin août. C'est une usine mythique pour Chrylser puisqu'elle avait été achetée en 1966 et a produit 25 des 30 000 Viper assemblées depuis 1992. Cela signe l'arrêt de mort de la Viper dont les ventes avaient été très fluctuantes ces dernières années. Les explications de la perte de popularité de la Viper sont difficiles à trouver : la Viper est un mythe de l'automobile mais aussi du sport auto puisque le coupé a remporté de prestigieuses courses en endurance. L'actuelle génération développe 645 ch à partir du V10 8.4 en aluminium, et les tarifs débutent à 90 000 dollars, hors taxes fédérales, ce qui n'est pas un tarif délirant pour de telles performances. Le look est peut-être à l'origine de la baisse de ventes, la Viper étant devenue plus "sage" avec le temps. C'est tout de même bien dommage de perdre un tel mythe avec un caractère bien trempé.