La fiche de l'essai


Essai - Renault Clio 1.0 TCE 100 ch X-Tronic

le 18/05/2020 à 08h00

Jusqu’à aujourd’hui si vous vouliez acheter une Clio en boîte automatique, vous étiez obligé de choisir une TCE 130 ch pourvue de la boîte EDC à double embrayage facturée au minimum 23 900 €. Ce temps est désormais révolu puisque Renault nous propose une version moins onéreuse avec le TCE 100 ch vendue à partir de 20 000 €. Alors intéressant ou non ? Réponse.

Depuis son début de carrière il y a maintenant bientôt un an, la nouvelle Clio a été unanimement saluée par la presse internationale que ce soit pour les progrès effectués en matière de présentation intérieure que son agrément de conduite. Ces différentes qualités lui ont permis de s’imposer régulièrement dans les confrontations. Tout allait bien dans le meilleur des mondes et on lui prédisait une carrière aussi florissante que les précédentes générations. Toutefois, les nuages ont commencé à s’accumuler depuis le début d’année car les ventes n’ont pas été aussi élevées que prévu et la citadine au losange s’est fait devancer sur les 4 premiers mois de 2020 par son ennemi juré, la Peugeot 208. L’opération « coup de cœur » menée par le Lion a donc parfaitement fonctionné. Ajouter à cela, le titre de « voiture de l’année » remporté par cette même 208 et il est clair que les mauvaises nouvelles s’amoncellent.

Une seconde proposition automatique

Malgré cette situation, Renault continue de développer la gamme de sa citadine et offre aujourd’hui une deuxième solution pour les amateurs de boîte mécanique. Jusqu’alors le choix était particulièrement réduit car il se résumait à la boîte EDC à double embrayage associée exclusivement au moteur essence le plus puissant à savoir le TCE 130 ch. Si on désirait une motorisation moins puissante et une boîte auto, c'était tout simplement impossible. Ce ne l’est plus aujourd’hui puisque la boîte X-Tronic déjà vue chez Nissan débarque sur la Clio.

Contrairement à l’EDC à double embrayage, la X-Tronic est une boîte automatique plus classique à savoir à variation continue appelée aussi CVT. Des transmissions parfois décriées par les montées en régime excessives du moteur lors des phases d'accélération mais cet écueil est ici plutôt bien évité. Un premier atout non négligeable. À l’usage, comme on pouvait s’y attendre, les montées et descentes de rapports se font dans une grande fluidité avec une absence d'à-coups notamment en usage urbain. Sur route, lors des accélérations franches, on constate tout de même que le moteur a parfois tendance à rester dans des régimes élevés, ce qui entraîne une augmentation de la sonorité à bord. Parfois énervants, on peut toutefois regretter que cette boîte ne dispose pas d’un mode manuel qui aurait pu compenser ce défaut. Il faudra composer avec un mode « L » particulièrement adapté à la conduite en montagne car celui-ci force les hauts régimes pour améliorer les accélérations ou à l’inverse accroître le freinage. Au final, même si le calibrage et les réglages de cette boîte X-Tronic ont été bien pensés, une transmission à double embrayage dispose d’un fonctionnement plus naturel.

Performances en retrait, consommation en hausse

L’introduction de cette nouvelle boîte a également des répercussions sur les caractéristiques de cette Clio puisque son couple est bridé à 142 Nm contre 160 Nm pour la boîte mécanique. Cela a forcément des conséquences sur les performances de cette Clio avec une Vmax réduite de 5 km/h (182 en lieu et place de 187 km/h). Si le 0 à 100 km/h est identique, les reprises sont tout de même moins énergiques. Sans surprise, la consommation augmente. Renault annonce une majoration de 0,7l/100 km, un écart qui s’est confirmé lors de notre essai avec une moyenne dépassant les 7,5 l/100 km.

Pas de changement, en revanche, au niveau du comportement. Comme précédemment signalé, la Clio fait preuve d’un excellent compromis confort/dynamisme avec de nets progrès en matière d’insonorisation, qui permette à la citadine au losange d’offrir des qualités routières très proches de sa grande sœur, la Mégane. En revanche, si vous recherchez avant tout du dynamisme, une Ford Fiesta ou la dernière Peugeot 208 font mieux sur cet exercice.

La présentation de la nouvelle Clio est très agréable.La présentation de la nouvelle Clio est très agréable.

À l’intérieur, on ne peut que souligner une nouvelle fois, les progrès effectués en matière d’assemblage et de choix des matériaux, bien plus valorisant qu’auparavant et notamment qu’à bord de la précédente génération. Il en ressort une présentation soignée, moderne et particulièrement agréable avec notamment une instrumentation numérique et un écran multimédia 7 pouces horizontal ou 9,3 pouces vertical en option. Nous vous conseillons le second en raison d’un fonctionnement plus intuitif.

Essai - Renault Clio 1.0 TCE 100 ch X-Tronic : second choix automatique Essai - Renault Clio 1.0 TCE 100 ch X-Tronic : second choix automatique

Habitabilité et volume de chargement sont dans la bonne moyenne de la catégorie.

Les aspects pratiques sont aussi intéressants que ce soit au niveau de l'habitabilité arrière que du volume de chargement avec 391 litres. Ces changements radicaux sont nettement moins flagrants à l’extérieur puisque cette cinquième génération de Clio, bien qu’elle ait évolué avec par exemple l'introduction des projecteurs en forme de C, est proche de la précédente. Ce n’est pas une critique, bien loin de là.