La fiche de l'essai


Essai : Ford Ranger édition spéciales

le 03/12/2021 à 10h51

Pour célébrer l’actuel Ranger et nous rappeler qu’il reste encore et toujours en vente, Ford n’en présente pas moins de 4 éditions spéciales ! Zoom sur les Wolftrack, Stormtrak, Raptor SE et MS-RT !

Bien que la prochaine génération du Ranger soit maintenant sur les rails, mais pas attendue avant 2023 sur nos routes, cela n’empêche pas un client d’aller en concession et de commander une « ancienne » version. Et il aurait tort de s’en priver ! Rappelons qu’il s’est non seulement imposé dans notre duel face au Jeep Gladiator, mais il représente pratiquement un pick-up sur deux vendu en Belgique ! Pour continuer à garder une telle part de marché, Ford offre une quadruplette de nouveauté. Si les modifications de certaines sont principalement esthétiques, d’autres adoptent une approche inédite.

Wolftrak

Basé sur la version XLT de milieu de gamme, le Wolftrak embarque de série le « petit » moteur diesel de 170 ch couplé à une boîte manuelle ou automatique à 10 rapports en option. Cette édition spéciale est plus qu’un simple XLT pomponné. Elle apporte des modifications techniques comme le blocage du différentiel arrière, les pneus tout-terrain ou une protection de plateau renforcée. Associez ces éléments à la boîte courte, et rien ne l’arrête !

Que ce soit en boîte automatique ou en opérant soi-même le levier de vitesses, ce Wolftrak nous rappelle à quel point le Ranger est efficace et agréable en tout-terrain. Et Ford n’a pas hésité à nous mettre en situation pour nous le prouver. Paradoxalement, il est le plus abordable des modèles ici présents ne coutant que 1.650 € de plus qu’un XLT (hors TVA), mais il sera sans doute le moins commandé. Le XLT ne représente en effet que 3% des ventes de Ranger en Belgique. Quoi qu’il en soit, avec de telles prestations, ça promet pour la nouvelle génération !

Stormtrak 

La version Stormtrak est un produit plus raffiné. Basée sur le Wildtrak déjà très bien équipé, cette édition ajoute principalement des éléments de design spécifiques, mais pas seulement. En plus de tous les logos, détails et de la peinture « Rouge Lucid », il s’équipe de série d’un couvre benne inédit à fermeture électrique, pour le plus grand confort de son propriétaire.

Bien qu’il s’agisse d’une version plus luxueuse, ce Stormtrak n’oublie pas qu’il est avant tout un Ranger. Équipé du gros moteur diesel de 213 ch associé à la boîte automatique à 10 rapports, ce n’est pas sortir des sentiers battus qui lui fait peur ! À son volant, on s’affranchit de tous les obstacles dans un habitacle mieux fini que celui du Wolftrak. Attention tout de même à ne pas abimer sa belle robe rouge. Pour ce Stormtrak, comptez 2.300 € (hors TVA) de plus qu’un Wildtrak. C’est que tout ce rouge n’est pas donné !

Raptor SE 

Les modifications de cette Special Editon par rapport au Raptor classique sont purement esthétiques. Des bandes noires et rouges sur le capot et les flancs et quelques détails rouges donnent au Raptor un look un peu plus… spécial. Niveau mécanique ou équipement, il n’y a aucun changement. Le 4 cylindres de 213 ch et 500 Nm de couple associé à la boîte à 10 vitesses ainsi que toutes ses modifications tout-terrain spécifiques sont toujours là.

Le Raptor était déjà un incroyable animal, certes peut-être pas le plus adapté sur surfaces asphaltées, mais vraiment unique en son genre. Et forcément, c’est encore le cas ! Les amortisseurs Fox absorbent à la perfection n’importe quel relief ainsi que les bosses, aussi importantes soient-elles. Atterrissage en douceur garanti ! Il coute 1.550 € (hors TVA) supplémentaire par rapport à un Raptor classique pour atteindre les 51.700 € (hors TVA). C’est cher, mais il faut bien avouer qu’il n’a aucun adversaire sur le marché.

MS-RT 

On vous a gardé le meilleur pour la fin, ou du moins le plus intéressant. Les 3 éditions spéciales ci-dessus sont axées vers une conduite en dehors des sentiers battus, ce qui n’est pas du tout le cas de la version MS-RT. Fort de ses 40 ans d’expérience en sport auto, le spécialiste basé en Angleterre a retravaillé ce Ranger pour qu’il soit plus à l’aise sur la route. Sous le capot, on retrouve encore une fois le gros moteur de 213 ch et 500 Nm de couple associé à la boîte 10.

L’esthétique mais également les trains roulants ont été modifiés. Cette version MS-RT dispose d’un kit carrosserie unique : boucliers avant, calandre, jupes latérales et ailes élargies sont spécifiques. La plus grosse particularité se situe au niveau des roues. Les jantes OZ de 20 pouces sont enrobées de pneus taillés pour le bitume !  

Il faut l’avouer, ces derniers font une différence une fois au volant. Le toucher de route se rapproche un peu d’un véhicule plus classique et les bruits de roulement deviennent pratiquement inexistants. Mais on reste tout de même dans un Ranger équipé de ressort à lames à l’arrière. Assis haut et droit, on domine le macadam et le confort de suspension reste assez ferme.

Malheureusement, cette monte pneumatique ne lui fait pas que du bien. Au volant d’un Ranger normal, on n’attaque pas spécialement les petites routes de campagne ou de montagne. En revanche, les pneus spécifiques de la version MS-RT donnent envie de hausser le rythme, ce qui met en défaut la boîte auto. Elle change constamment de rapport à la recherche de la bonne vitesse. Heureusement, en mode sport, le problème s’efface un peu, mais le moteur monte alors plus haut dans les tours. Pas génial pour la consommation ou le confort sonore. Bien que ce MS-RT soit plus « typé sport », il n’en est pas sportif pour autant. Et à 52.945 € (hors TVA), il est encore plus cher qu’un Raptor !

Notre verdict 

Avec ces 4 versions spéciales, l’actuel Ranger nous offre un très beau baroud d’honneur. Si certaines éditions apportent simplement des modifications esthétiques, d’autres s’équipent de réelles améliorations. Les amoureux du tout-terrain peuvent se diriger les yeux fermés vers le Wolftrak alors que le MS-RT affiche une approche routière unique en son genre. Finalement, peu importe la version spéciale dérivée de ce Ranger, elles nous rappellent toutes pourquoi le numéro 1 des pick-up, c’est lui !